Top 5CoursVariation
BOAN3 9006,85%
STAC2556,25%
SIVC4655,68%
TTLS1 3955,28%
ETIT224,76%
Flop 5CoursVariation
SMBC18 130-7,48%
SAFC5 000-7,41%
SHEC800-6,98%
CABC1 025-6,82%
UNXC2 500-6,72%
Activités du marché
Valeur des transactions140 666 926 FCFA
Capitalisation Actions5 139 692 703 060 FCFA
Capitalisation Obligations3 272 883 177 679 FCFA
BRVM-10175,940,25%
BRVM-C182,74-0,08%

BILAN DES ACTIVITES 2017 : PAS DE KRACH BOURSIER A LA BRVM

La BRVM et le DC/BR ont présenté à la presse nationale, régionale et internationale le bilan de leurs activités 2017, ce mercredi 17 janvier 2018 à leur siège à Abidjan.

Au cours de cet exercice annuel des deux structures centrales du marché financier régional de l’UEMOA, Dr Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur Général, a donné les chiffres clés de l’année 2017 et les perspectives des deux Institutions.

Il a indiqué que les interprétations diverses tendant à faire croire à un "krach boursier" à la BRVM était infondées : "la BRVM n’est pas dans une situation de krach boursier. Elle n’est pas dans une situation alarmante" avant d’expliquer que le krach boursier est un "événement qui engendre l’effondrement brusque et inévitable du marché". Ce qui n’est pas le cas à la BRVM.

La baisse des indices d’une bourse, a-t-il relevé, peut s’expliquer généralement à travers trois pistes : la situation macro-économique, la santé financière des sociétés cotées et la micro structure du marché.

Dans le cas de la BRVM, la situation macro-économique de ses états-membres n’est pas mise à mal. Les sociétés qui y sont cotées ont également une bonne santé financière. Cependant, la micro structure de son marché a changé avec les investisseurs qui ont saisi l’occasion de l’embelli observée (88,4%) entre 2012 et 2016 par la BRVM  pour "prendre leur bénéfice".

Concernant le bilan des activités, les chiffres clés de la BRVM en 2017 sont marqués par deux nouvelles introductions en bourse (NSIA Banque CI et Ecobank CI) portant à huit le nombre d’introductions sur les quatre dernières années. Neuf augmentations de capital contre deux en 2016 (+350 %) ont été enregistrées, quand 336,8 milliards de FCFA ont été introduits contre 37,4 milliards en 2016 (+800,53%).

Pour le volume des transactions, 217,77 millions de titres ont été échangés contre 194,828 millions en 2016 (+11,78 %). L’indice BRVM Composite a enregistré 243,06 points contre 292,17points en 2016 (-16,81 %) et l’indice BRVM 10 totalise 219,65 points contre 261,95 points en 2016 (-16,15 %).

Pour la capitalisation boursière, le marché des actions enregistre 6 836 milliards de FCFA contre 7 706 milliards en 2016 (-11,29 %), quand le marché obligataire enregistre 2 970 milliards de FCFA contre 2 509 milliards en 2016 (+18,34 %).

La valeur des transactions est estimée à 267,6 milliards de FCFA contre 409,26 milliards en 2016 (-34,61 %).

Pour clore sa présentation, Dr Edoh Kossi AMENOUNVE a évoqué les perspectives pour les années à venir. Ainsi la BRVM entend sensibiliser davantage les grandes entreprises publiques (privatisations) et privées à se faire coter ; achever l’intégration des marchés de capitaux de la CEDEAO d’ici 2020 ; inciter les Petites et Moyennes Entreprises (PME) à se faire coter sur le Troisième Compartiment qui leur est dédié et les Etats membres au lancement de Obligations de la Diaspora (Diaspora Bonds).

La BRVM entend accentuer la promotion régionale et internationale du marché financier régional de l’UEMOA.