Top 5CoursVariation
BNBC2 8505,56%
NTLC2 0954,75%
BOABF7 5004,17%
SPHC2 6004,00%
BOAS2 4002,13%
Flop 5CoursVariation
SDCC31 750-7,49%
SMBC9 715-7,48%
ABJC1 345-7,24%
SCRC3 160-7,06%
UNXC3 900-6,92%
Activités du marché
Valeur des transactions289 365 550 FCFA
Capitalisation Actions5 967 687 716 210 FCFA
Capitalisation Obligations3 021 243 443 920 FCFA
BRVM-10203,27-0,64%
BRVM-C221,11-0,62%

Edoh Kossi Amenounvé : « Nous allons lancer un programme d’accompagnement des PME en vue de leur préparation à la cotation »

Annoncé déjà à plusieurs reprises, la mise en place du 3ème compartiment dédié aux PME à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) de l’UEMOA va bientôt entrer dans sa phase pratique. Dans un entretien accordé à l’Agence Ecofin, Edoh Kossi Amenounvé, Directeur général de la BRVM lève un coin du voile sur les préparatifs en cours, en vue de relever cet important défi pour le marché financier de l’UEMOA.

Agence Ecofin : La mise en place du 3ème compartiment dédié aux PME à la BRVM tant annoncé, se fait toujours attendre. Qu’en est-il réellement à ce jour ?

Edoh Kossi Amenounvé : La mise en place du troisième compartiment dédié aux PME connait un cheminement qui est sans doute long parce que c’est une problématique assez importante. Mais je pense que nous sommes dans la dernière ligne droite. Car, cette fois-ci, nous avons pu surmonter les difficultés qui étaient sur notre chemin. Et nous allons lancer, d’ici quelques semaines, un programme d’accompagnement des PME en vue de leur préparation à la cotation à la BRVM. Ce programme sera réalisé en collaboration avec nos partenaires de la bourse de Londres et de Casablanca.

Une fois que ce programme sera lancé, évidemment, je pense que ce sera la phase la plus importante que nous allons traverser. Et nous espérons qu’après ce lancement, nous arriverons à la préparation des entreprises et à l’ouverture du compartiment.

Agence Ecofin : Quel sera le contenu de ce programme d’accompagnement ?

Edoh Kossi Amenounvé : Vous savez, les PME sont un type particulier d’entreprises qui n’ont pas encore la taille nécessaire et probablement pas tous les atouts pour intéresser, à priori, les investisseurs. Même si, de par le monde, les actions des PME ont toujours une plus forte progression que les actions des grandes entreprises.

Néanmoins, les investisseurs ont besoin d’avoir une plus grande lisibilité sur la situation des PME et sur, évidemment, la pérennité de leurs activités et aussi les anticipations de rentabilité futures. C’est pour cela que dans le programme d’accompagnement, nous allons travailler sur les questions de gouvernance des PME, mais aussi de transparence. Nous allons également accompagner les PME dans une revue juridique, comptable et financière. Nous allons, par ailleurs, les préparer à l’introduction en bourse à travers une évaluation, une valorisation et une communication financière auprès des investisseurs potentiels qui pourraient investir dans ces PME.

Donc nous pensons que cette phase va contribuer au succès du compartiment. Et il y a même déjà certaines PME qui ont des atouts ou qui sont un peu mieux préparées sur ces aspects. Ce qui n’est toutefois pas le cas pour d’autres. Raison pour laquelle nous voulons vraiment faire en sorte que l’accompagnement que nous souhaitons soit efficace et rassure la communauté financière, mais également les investisseurs qui veulent investir dans les PME.

Agence Ecofin : Vous visez combien de PME dans un premier temps ?

Edoh Kossi Amenounvé : Une douzaine de PME de l’Union (UEMOA – Ndlr) nous ont délivré des lettres d’intention. Nous pensons donc commencer avec celles-là dans la phase de préparation. A la sortie, je ne dis pas que nous aurons les douze à la cote, mais nous aurons probablement une grande majorité. Et cette majorité va constituer la première vague de PME cotées sur notre compartiment.

Agence Ecofin : Combien de temps va durer ce programme d’accompagnement ?

Edoh Kossi Amenounvé : Le programme est en principe structuré pour deux ans. Mais il y a des PME qui peuvent aller plus vite. Donc si elles sont prêtes et si elles remplissent les conditions d’admission, elles peuvent aller plus vite sur le marché. Et nous le souhaitons.

Source : agenceecofin.com