Top 5CoursVariation
SCRC4755,56%
BNBC5803,57%
ECOC2 9503,51%
BOAN3 3501,52%
BOAB3 5501,43%
Flop 5CoursVariation
FTSC1 060-7,02%
CIEC1 050-4,55%
SEMC125-3,85%
SDCC2 895-3,50%
PALC1 255-3,46%
Activités du marché
Valeur des transactions313 375 232 FCFA
Actions3 745 742 000 961 FCFA
Capitalisation des obligations5 576 706 677 403 FCFA
BRVM-10116,12-1,12%
BRVM-C124,67-0,78%

PREMIERE COTATION DE L’EMPRUNT OBLIGATAIRE DU TRESOR PUBLIC DU BURKINA FASO : « TPBF.O9 6,50 % 2019-2027 »

Ce lundi 09 décembre 2019, s’est tenue à Ouagadougou la cérémonie de première cotation de l’Emprunt Obligataire du Trésor Public du Burkina Faso dénommé « TPBF.O9 6,50 % 2019-2027 ».

Pour un montant recherché de 75 milliards de FCFA, l’opération a permis de mobiliser 125 milliards de FCFA et porte à 58 le nombre de lignes obligataires pour une capitalisation à l’issue de la cérémonie de 4 265,45 milliards de FCFA.

L’Emprunt obligataire « TPBF.O9 6,50 % 2019-2027 » dont le symbole est « TPBF.O9 », a été coté ce lundi 09 décembre 2019 à 10 000 FCFA pour un volume de 2 000 titres échangés. Cette cotation fait de l’Etat Burkina le 3ième émetteur souverain du marché obligataire de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), en termes de régularité, avec un peu plus de 776 milliards de Francs CFA mobilisés depuis sa création.

La cérémonie de première cotation a vu la présence effective du Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique du Burkina Faso, M. Célestin Santéré SANON qui a réaffirmé l’engagement des autorités du Burkina Faso à accompagner la BRVM et l’ensemble du Marché Financier Régional dans la mise en œuvre des actions visant à améliorer le financement des économies de notre Union.

Le Directeur Général de la BRVM, Dr. Edoh Kossi AMENOUNVE, a quant à lui félicité la SGI SBIF chef de file de l’opération et les co-chefs de file qui ont conduit l’opération ainsi que toutes les autres SGI, membres du syndicat de placement. Il a également souligné l’importance pour les états de notre Union de recourir au Marché Financier Régional pour satisfaire leurs besoins de financement à long terme notamment ceux en infrastructures identifiées dans les différents Plans nationaux de développement. Ce qui constitue une bonne nouvelle pour la rémunération de l’épargne institutionnelle et particulière locale dont la mobilisation accrue constitue aujourd’hui l’une des priorités absolues face à la rareté des ressources extérieures traditionnelles.